Tempest


Tempest ‘Le Grand Charles’

 

Caractéristiques :

Envergure : 2.44[m]
Longueur : 1.96[m]
Poids : 19.5[kg]
Moteur : ZDZ 80 cm3

Plan :

 

La construction :

  • L’aile
  • Le fuselage
  • Les finitions

L’aile :

1ère étape : Avant la construction de l’aile proprement dite, nous faisons un banc de test de la partie centrale de l’aile qui contient le train rentrant et ses trappes et le mécanisme des flaps.

Ce banc de test va nous permettre de tester la fixation du train et des trappes. Comme le plan ne montre rien à se sujet, vaut mieux être prudent et faire des essais sur des pièces autres que les pièces fournies dans la boîte.

Grâce à cela, nous avons déjà constaté que les découpes dans les nervures qui laissent passer les supports du train étaient beaucoup trop larges d’au moins 15mm. Nous avons donc modifié le plan. Le fait qu’il n’aie pas de détails pour cette partie s’explique facilement puisqu’il existe de nombreux trains rentrant et qu’ils n’ont pas tous les mêmes dimensions. Pour notre Tempest nous avons choisi le train recommandé par Vailly Aviation, c’est un train qui est assez fidèle de l’original, il fabriqué par SIERRA GIANT SCALE .

 

Les Flaps sont en 2 parties. La commande est assurée par un axe en aluminium qui traverse les nervures. Un servo est prévu par flaps.

 

Originalement le plan prévoit une aile en une seule pièce. Cela n’étant pas pratique pour le transport, nous allons faire 2 demi ailes jointes par 2 clés d’aile en acier contenues dans un fourreau en laiton. Ce principe est efficace et solide, nous l’avons déjà testé sur notre Sukhoi 26.

 

Les trappes:

La clé d’aile :  

Les clés d’ailes se composent d’un fourreau en laiton et d’une lame en acier trempé, le tout pris en sandwich dans du CTP

a : fourreau en laiton
b : lame d’acier trempé

Diverses petites pièces.

Supports de fixation pour la trappe principale du train rentrant.

Fixation de commande des volets.

Le fuselage :   Le fuselage se construit d’après un principe de construction dite en ‘l’air’. C’est à dire que l’on monte les couples du fuselage sur un châssis qui se compose de 2 baguettes de balsa de 10x12mm qui se trouvent au milieu de la hauteur du fuselage.
Le châssis, quant à lui est posé sur des cales de 150mm de haut.

 

Les finitions :

Rivets et faux panneaux : 

 

Pour donner un aspect plus réel à notre Tempest, nous avons reproduit les panneaux principaux de l’avion, ainsi que les rivets. Les faux panneaux sont faits à base de mastic. On colle du scotch de carrossier 6mm. sur la longueur de notre panneau. Ensuite on applique le mastic sur environ 5 à 6 mm. de large sur un côté du scotch en venant un peu sur le scotch. Une fois sec, on ponce en ‘mourrant’ depuis le scotch. Ainsi une fois le scotch enlevé, on obtient une arrête vive d’un côté et de l’autre une pente douce se raccordant à la surface. Les rivets sont à base de colle blanche et sont posés de manière régulière à l’aide d’une seringue médicale avec un diamètre à l’échelle du rivet. Je ne les ai pas compté mais il y en a quelques uns !

Peinture :

 

La peinture utilisée est la même qu’en carrosserie automobile, c’est à dire une Centari 600 de Dupont. La couche de gris à étée appliquée au pistolet et le vert style camouflage avec un aérographe. La couche finale est un incolore mat satiné 2 composants. Mais avant la couche finale il faut faire le veillissement de l’avion. C’est à dire ajouter des traces de suie vers les canons, des traces d’huile à la sortie de l’échappement et imiter des éclats de peinture. La technique est la même que sur mon Curtiss P40.

 

Le Tempest à été vendu et est visible maintenant au ‘Bar Le Zingue’ à Orbe.